lundi 7 mars 2011

Prononciation du r languedocien

Il y a souvent confusion sur ce point de phonétique en France, étant donné que la langue française a connu successivement trois prononciations différentes au cours des trois derniers siècles :

1) [r] : r apical (dit roulé)
C'est le r de l'ancien français, mais aussi du latin, de l'italien, de l'espagnol... et de l'occitan languedocien. Il est produit par un claquement de la pointe de la langue contre le palais, juste au dessus des incisives. Il est proche du son l, mais n'a aucun rapport avec le son r que l'on utilise en français de nos jours. Georges Brassens, qui était languedocien, roulait les r quand il chantait (mais pas en interview).

2) [ʀ] : r uvulaire roulé (dit aussi grasseyé)
Il s'est imposé progressivement dans la langue française au XVIIIème siècle, et cela jusqu'au début du XXème siècle. Il consiste à faire vibrer la luette dans le fond de la gorge. On l'entend clairement, par exemple, dans la chanson d'Edith Piaf : "Non, rien de rien. Non, je ne regrette rien".

3) [ʁ] : r uvulaire non-roulé (dit aussi semi-grasseyé ou dorso-vélaire) :
Peu à peu, le r uvulaire s'est adoucit pour donner le r du français actuel. Ce r uvulaire adouci s'est imposé progressivement à partir du XIXème siècle. Son usage s'est répandu d'abord à Paris, puis dans les villes et enfin dans les campagnes. C'est un r que l'on prononce toujours au fond de la gorge, mais plus doux puisque la luette ne vibre plus.

Les prononciations antérieures ont désormais quasiment disparu en métropole, et on les confond souvent quand on parle de "rouler les r". Pourtant cette expression désigne en fait uniquement le r apical. C'est à dire le r de l'italien, de l'espagnole et de Georges Brassens (qui fait vibrer le bout de la langue sur les incisives), et non le r d'Édith Piaf et des vieux discours politiques (où l'on entend vibrer la luette au fond de la gorge).

Aujourd'hui les français qui apprennent l'italien, l'espagnole ou... l'occitan languedocien, ont souvent des difficultés à rouler les r. Certains doivent même s'entraîner plusieurs années avant d'y parvenir !!! Si c'est votre cas, sachez qu'il existe des exercices pour muscler, assouplir et habituer sa langue. J'en ai relevé plusieurs sur la toile, que j'ai légèrement adaptés :

a è é i / o u ou
ta tè té ti / to tu tou
na nè né ni / no nu nou
da dè dé di / do du dou
la lè lé li / lo lu lou
tla tlè tlé tli / tlo tlu tlou
teula teulè teulé teuli / teulo teulu teulou
toula toulè toulé touli / toulo toulu toulou

tla tla tla tla
teula teula teula teula
toula toula toula toula
t[r]a   t[r]a   t[r]a   t[r]a
(continuer avec è é i o u ou)

Teu Leu Teu Leu Teu Leu Teu Leu Teu Leu (de plus en plus vite)
Puis prononcer une liste de mots commençant par TR
(ex : tres tigres tristes -es- )
(continuer avec d'autres consonnes : PR, GR...)
(Au final prononcer une liste de mots, sans consonne d'appui)

Pedro, Pero, Pedro, Pero
Da Da Da, La La La, Dra dra dra, Ra Ra Ra
(Si vous y arrivez continuer avec è é i o u ou, sinon vous repartez pour une semaine sur les exercices précédents) :-)

Touloulou Touloulou Touloulou Touloulou
...

(à suivre. Si vous en connaissez d'autre, merci de me les envoyer)

=> Quoi qu'il en soir, en attendant de parvenir à rouler les r à l'espagnole, si vous êtes courageux, mieux vaudrait les prononcer comme des l. Peut-être que l'exercice suivant, un peu inhabituel, serait profitable également : apprenez une chanson de Brassens que vous aimez bien, et entraînez-vous à la chantez en prononçant les r comme des l, puis en faisant évoluer progressivement votre prononciation vers ce fameux r apical. Pour ma part, je n'y parviens toujours pas, me faudra-t-il donc l'aide d'un orthophoniste ? :-(

http://www.deezer.com/listen-6684787
http://www.frmusique.ru/texts/b/brassens_georges/chansonpourlauvergnat.htm

2 commentaires:

  1. http://opinion.jornalet.com/lenga/blog/90/defendam-las-diferentas-r-de-loccitan
    DOMERGUE SUMIEN · QUESTIONS DE LENGA OCCITANA
    Defendam las diferentas “r” de l’occitan

    << 2. Chau evitar la generalizacion de la pronóncia unifòrma en [ʀ] uvulara (“[ʀ] non rotlada”) qu’es una influéncia francesa tardiva. Mas, evidentament, chau jamai agressar las personas que pronóncian coma aquò:
    —Daus uns còps, son daus occitanofòns autentics que practican la lenga occitana dempuei que son petits. Mas fan partida d’aquelas generacions qu’an subit una francizacion fonetica tardiva. Donc se chau avisar que parlan sovent un occitan de granda qualitat expressiva, maugrat lor generalizacion de l’[ʀ] uvulara.
    —D’autres còps, son de las personas qu’aprenon l’occitan e qu’an sovent de la bona volontat, mas qu’arriban dificilament de se desbarrassar de la pronóncia francesa. En aqueu cas, la melhora pedagogia es de las encoratjar aimablament emb daus exercicis de fonetica e, en parallèl, de frenar pas lor plaser de parlar occitan... >>

    J'essaye de vous faire la traduction bientôt.

    RépondreSupprimer
  2. Tenez, encore un autre :-)
    http://opinion.jornalet.com/lucia-roulet-casaucau/blog/74/on-es-passat-lo-rrr

    RépondreSupprimer